Atmo PACA - Air et pollution

L'air et la pollution

L'air pollué par les soins de l'homme

L'air est un mélange gazeux particulier

L'air est un mélange constitué de 78% d'azote, 21% d'oxygène et seulement 1% de composés divers(argon, dioxyde de carbone, gaz rares et autres composés fabriqués par l'Homme), si l’on exclue la vapeur d’eau, qui représente une part variant entre 1 et 4% de l’atmosphère au niveau du sol.

"Pollution de l'air" : la main de l'homme, toujours

Dès lors que la répartition entre les trois principaux constituants de l'air (azote, oxygène et argon) n’est en général pas modifiée significativement par les activités humaines. Les polluants représentent moins de 0.05% de la composition de l’air mais cette fraction, si faible puisse-t-elle paraître, peut avoir un impact important sur la santé et les écosystèmes.

La définition la plus courante de la pollution atmosphérique est celle proposée par la loi sur l'air (30/12/1996-Livre II, Titre II du code de l'environnement) : “L'introduction par l'Homme directement ou indirectement, dans l'atmosphère et les espaces clos, de substances ayant des conséquences préjudiciables de nature à mettre en danger la santé humaine, à nuire aux ressources biologiques et aux écosystèmes, à influer sur les changements climatiques, à détériorer les biens matériels, à provoquer des nuisances olfactives”.

Ainsi il est important de garder en mémoire que l'air a de multiples facettes et divers dimensions : odeurs, air extérieur à toutes les altitudes mais aussi air à l'intérieur des bâtiments ou des infrastructures de transports (tunnel, métro…).

Si la définition de la pollution atmosphérique réserve cette notion aux émissions des activités humaines, d’autres composés considérés comme polluants peuvent être émis par certaines mécanismes naturels, catastrophiques ou non : volcanisme, incendies, marécages, physiologie des organismes vivants… Il s’agit de composés comme le dioxyde de carbone, le méthane, les particules en suspension…

Dans ce cas, les activités humaines n’ajoutent pas un nouveau composé à la composition de l’air, mais augmentent artificiellement les concentrations présentes naturellement.

Mais qu'est ce que l'Atmosphère : basses couches et hautes couches

L'atmosphère est constituée de plusieurs couches (ou strates) qui se distinguent les unes des autres par le comportement de la température en fonction de l'altitude. Les deux couches qui nous concernent directement sont appelées troposphère et stratosphère.

La STRATOSPHÈRE s'étend de 15 à 50 kms d'altitude. La température augmente jusqu'à 0°C. C'est dans cette couche de l'atmosphère que la concentration en ozone (le bon) est maximale (à ~ 30 kilomètres d'altitude).

La TROPOSPHÈRE s'étend de 0 à 15 kms d'altitude environ. Elle est caractérisée par la diminution de la température au fur et à mesure que l'on monte. Il suffit de gravir une montagne pour le constater. Cette couche inférieure est le siège des phénomènes météorologiques qui assurent le brassage des polluants (force et direction du vent, température). Généralement l'air chaud au niveau du sol se disperse verticalement (et les polluants avec lui !).

 

Inversion de température : l'air pollué reste près du sol

Dans la basse atmosphère, il peut arriver que le gradient de température s'inverse : le sol, et la mince couche d'air juste au dessus, se sont refroidis pendant la nuit plus vite que la couche d'air qui les surplombe. L'air froid situé en dessous est alors bloqué par l'air chaud situé au dessus. Les polluants ne peuvent plus se disperser dans l'atmosphère, ils sont piégés par ce couvercle d'air chaud. Ce phénomène "d'inversion de température" est fréquent en hiver.

La pollution se joue des frontières

Une fois émis, les polluants sont transportés à des distances variables par les mouvements des masses d'air. Au cours de ce transport, ils subissent des transformations : l'atmosphère fonctionne comme une véritable "usine chimique". On distingue généralement les pollutions de l'air à quatre échelles différentes : de l'échelle planétaire à l'intérieur des bâtiments.