Atmo PACA - Air et pollution

L'air et la pollution

Des solutions sont envisageables et doivent être évaluées

La stabilisation des émissions des GES coûterait entre 0,2 % et 3 % du produit intérieur brut mondial (PIB) à l'horizon 2030. Pour tenir l’objectif de 2 °C de réchauffement climatique, les émissions de dioxyde de carbone doivent être réduites de 50 à 85% d'ici à 2050. Pour y parvenir il faudrait allier stratégies d’atténuation, d’adaptation et de développement technologique :

Sobriété énergétique : l’énergie la moins polluante est celle qu’on ne consomme pas. D’une manière générale, le potentiel de réduction des GES le plus important réside dans la chasse aux gaspillages : amélioration de l’efficacité énergétique des bâtiments, allongement de la durée de vie des produits manufacturés, réutilisation et recyclage …

Production d’énergie : il s’agirait de générer de nouveaux investissements dans les pays en développement, et pour améliorer les infrastructures dans les pays développés,développer les énergies renouvelables et la cogénération.

Transports : il faudrait réaliser des économies de carburant, recourir à des alternatives aux énergies fossiles et favoriser un changement de modes de transport, la densification des zones urbanisées et les outils de travail à distance peuvent également permettre de favoriser les transports en commun, réduire les distance et éviter les déplacements superflus.

Types de comportement : il importe de changer les modes de consommation en favorisant les produits moins impactant sur l’effet de serre, et de choisir des activités récréatives moins polluantes…

Politiques : elles devraient inciter à des actions d’adaptation et de soutien, par des contributions financières, des crédits de taxe, l’établissement de normes.

Et dans notre région ?

Selon un rapport réalisé pour le WWF (World Wildlife Fund) une augmentation globale des températures moyennes de 2°C pour la période 2031-2060 conduirait à une augmentation locale dans la Région Méditerranéenne comprise entre 1 et 3°C. L’intérieur des terres serait plus touché que les côtes. Les périodes caniculaires (où la température excède 35°C) s’allongeraient de six semaines. Le sud de la Méditerranée serait menacé par les feux de forêt quasiment toute l'année. Le réchauffement du Nord de l’Europe encouragera les habitants à y demeurer l’été, la saison touristique sur le bassin Méditerranéen serait décalée vers le printemps et l’automne.

Lutter contre la pollution photochimique en région PACA : bénéfique aussi pour la planète

L’ozone troposphérique constitue le 3ème des gaz par ordre d’importance en termes de forçage radiatif après le CO2 et le CH4). La lutte contre la pollution photochimique (par diminution des précurseurs) au niveau local est donc bénéfique non seulement à l’échelle de la région PACA (l’une des régions européennes la plus polluée en ozone) mais également à une échelle bien plus vaste en diminuant la quantité des gaz à effet de serre.